Remise de chèques FAFCI et de dons aux femmes d’abobo

Mon discours lors de la remise de chèques FAFCI et de dons aux femmes d’ABOBO

Discours: 

Mes chères sœurs,

C’est une grande joie de vous retrouver ce matin, à l’occasion de cette remise de chèques du FAFCI, à nos sœurs d’Abobo et des autres communes d’Abidjan.

Je voudrais avant tout propos, vous transmettre les chaleureuses salutations de votre frère, mon cher époux, mn chéri, le Président Alassane Ouattara. Il m’a demandée de vous embrasser affectueusement de sa part, et de vous dire qu’il pense très fort à vous.

Je souhaiterais à présent, adresser mes salutations à l’ensemble des membres du Gouvernement ici présents, et tout particulièrement à mon cher filleul, Hamed BAKAYOKO, Ministre d’Etat, Ministre de la Défense qui est à l’initiative de cette invitation pour célébrer le FAFCI avec les femmes d’Abobo ! Je vous demande de l’applaudir bien fort.

J’adresse également mes salutations à notre sœur, Madame Ly Ramata BAKAYOKO, Ministre de la Femme, de la Famille, et de l’Enfant, qui est avec nous ce matin.

Je souhaiterais saluer aussi, ma chère grande sœur l’Honorable Amy TOUNKARA, ainsi que mes sœurs épouses de Ministres, et les membres de ma délégation qui sont également à nos côtés ce matin.

Mes salutations vont également à Monsieur le Préfet d’Abidjan et à tous les membres du corps préfectoral ici présents.

Je salue à présent, tous nos élus, à savoir Mesdames et Messieurs les Députés, les Sénateurs et les Maires du District d’Abidjan, ainsi que l’ensemble des personnalités qui ont effectué le déplacement pour soutenir cette initiative en faveur de l’autonomisation des femmes.

Mes salutations vont également à nos distingués chefs traditionnels et religieux qui nous entourent de leurs bénédictions.

Je voudrais enfin, saluer mes sœurs venues de toutes les communes d’Abidjan, pour témoigner leur adhésion au FAFCI. En effet, vous êtes toutes venues d’Adjamé, d’Anyama, d’Attécoubé, de Bingerville, de Cocody, de Koumassi, de Marcory, du Plateau, de Port-Bouët, de Songon, de Treichville, de Yopougon et bien sûr d’Abobo, pour prendre part à cette cérémonie.

Vous vous êtes mobilisées massivement pour nous réserver un accueil particulièrement chaleureux, et cette marque d’affection me va droit au cœur. Je voudrais vous en remercier sincèrement !

Mes chères sœurs,

Comme je vous l’ai dit en commençant mon discours, c’est votre fils Hamed BAKAYOKO,

qui m’a demandée de venir vous voir à Abobo. En effet, nous avions déjà décidé d’augmenter le FAFCI sur tout le District d’Abidjan, mais notre choix de la commune d’accueil de cette cérémonie n’était pas encore arrêté.

C’est dans ce contexte que j’ai échangé avec mon filleul le Ministre d’Etat Hamed BAKAYOKO, qui m’a expliqué combien toutes mes sœurs d’Abobo réclamaient ma présence et mon soutien. C’est donc avec grand plaisir mes chères sœurs, que je réponds aujourd’hui à votre demande.

Cher Hamed,

Merci tout d’abord pour les mots si gentils que tu as eu à mon endroit. En effet, il y a 23 ans, j’étais ton témoin à la Mairie lorsque tu épousais Yolande, et aujourd’hui, nous sommes là. Je suis fière de toi et de l’homme que tu es devenu.

Je voudrais aussi te dire combien je suis heureuse d’être là, et combien je suis fière que tu aies choisi de t’engager pour le bien-être de nos frères et sœurs d’Abobo.

Ils méritent le meilleur pour leur commune, et je suis heureuse que ce soit toi qui ai été proposé pour mettre en œuvre le plan d’urgence, que le Président de la République a prévu de réaliser pour cette commune si chère à notre cœur.

Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, le Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI) a été mis en place en 2012, afin d’aider nos soeurs à gagner en autonomie. Et ce, grâce à la bienveillance du Président de la République, qui a toujours été très attentif au bien-être de ses sœurs.

Il y a un an, le 29 septembre 2017, nous célébrions les cinq ans d’existence du FAFCI, en présence de nos sœurs venues de partout en Côte d’Ivoire.

Cette cérémonie anniversaire a permis de faire le bilan du FAFCI et d’exprimer notre infinie gratitude au Président de la République, pour la confiance renouvelée à l’égard des femmes de Côte d’Ivoire.

En effet, constitué à l’origine d’un fonds de démarrage d’un milliard de FCFA, le FAFCI est aujourd’hui doté d’un capital de 10 milliards de FCFA généreusement octroyés par le Président de la République.

Depuis sa création jusqu’à ce jour, ce sont 150 000 femmes qui ont pu bénéficier du FAFCI, pour un investissement total de 23 milliards de FCFA, obtenus grâce au système de révolving et aux remboursements effectués par nos sœurs.

Il est important de rappeler ici, que les prêts du FAFCI sont octroyés sans garantie, ni frais de dossier et à un taux préférentiel.

Le fonds s’adresse à toutes les femmes de Côte d’Ivoire sans distinction d’ethnie ou de religion, car chacune d’entre elles représente un pilier essentiel de l’équilibre de notre société.

Chaque femme a un rôle primordial à jouer dans le développement de notre belle nation, et le FAFCI a été créé pour aider le plus grand nombre de nos sœurs à entreprendre une activité génératrice de revenus.

Aujourd’hui, nous sommes venus octroyer une enveloppe additionnelle d’1 milliard 500 millions de FCFA mise à la disposition de nos sœurs du District d’Abidjan, selon la répartition suivante :

- 200 millions pour les femmes d’Abobo

- 100 millions pour Adjamé

- 100 millions pour Anyama

- 100 millions pour Attécoubé

- 100 millions pour Bingerville

- 100 millions pour Cocody

- 100 millions pour Koumassi

- 100 millions pour Marcory

- 100 millions pour le Plateau

- 100 millions pour Port-Bouët

- 100 millions pour Songon

- 100 millions pour Treichville

- Et, 200 millions pour Yopougon

Concernant Abobo, cette nouvelle enveloppe de 200 millions de FCFA porte le budget du FAFCI, à un total de plus de 700 millions de FCFA pour la commune d’Abobo.

Par ailleurs, chères sœurs d’Abobo, je vous ai apporté divers dons qui viennent de vous être énumérés, d’une valeur totale de 100 millions de FCFA. Je sais que cela vous sera très utile, et que vous en ferez bon usage !

Mes chères sœurs,

Mesdames et Messieurs

A ce stade de mon propos, je tiens à remercier toutes les microfinances partenaires, qui nous aident à répondre à la forte demande liée à l’octroi du FAFCI aux femmes de Côte d’Ivoire dans tout le pays.

Je voudrais aussi, encourager mes sœurs à persévérer dans les domaines d’activités qu’elles ont choisies, afin de développer au mieux leurs activités.

Mes chères sœurs,

Je sais que vos nouvelles activités génératrices de revenus vous permettront de soutenir vos familles et d’être financièrement autonomes et épanouies. Vous êtes des femmes battantes, et j’ai foi en votre potentiel et en vos capacités.

Je vous souhaite à toutes et à tous une excellente journée.

Je vous remercie.